Maisons Laffitte

Maisons-Laffitte

Dans une double fascination, mot-forme, le mot fut privilégié et je repris mes études en 1968 à la Faculté de Nanterre en Philosophie et en Anglais. Au bout de trois ans une Licence d'enseignement d'Anglais me fut donnée. 

Sculpture0002

La séduction de la forme prit ensuite le dessus et pendant quinze ans, en tant que "propriétaire-entraîneur" de chevaux de courses, je poursuivis l'analyse de la forme vivante et de sa construction structurelle par le travail, l'équilibre psychique et la nourriture.

En contrepoint, la sculpture des matériaux « inertes » reprenait la place du texte et de l'écriture, mais au cœur de la matière se glissait une insatisfaction grandissante liée à l'écart perçu entre la forme vivante, fugitive et sa représentation figée en objet.

Sculpture0005L'année 1987 fut celle de ma première exposition à Deauville mais marqua d'un point final mon expérience équestre. Une pouliche eut la mauvaise idée de me piétiner sérieusement, trop sérieusement pour que je puisse jamais remonter à cheval.

La sculpture devint ma seule passion. La Ville de Maisons-Laffitte, en me commandant le Trophée du Prix Pégase, me permit un dernier coup de chapeau à l'univers des courses.

C'est un prix avec deux gagnants ,le jockey triomphant reçoit son poids de livres et l'écrivain primé reçoit ma médaille et 25.000 francs.

Toujours à Maisons-Laffitte, à l'occasion de l'inauguration de la nouvelle école maternelle, une de mes sculptures (« Nono »), buste d'enfant, y trouva sa place.

En 1998, un nouveau trophée me fut demandé par la Ville pour son Salon annuel de la bande dessinée. Mais à cette époque, l'orée de la forêt de Rambouillet nous avait déjà accueillis.

Droue sur Drouette >>>